nous sommes ici

Villages, nature et patrimoine

Aussi vrai que les produits de la terre nourrissent l'homme dans tous les sens du terme, le patrimoine nature est indissociable du patrimoine culture, dans la mesure où la notion de patrimoine se réfère aux biens que l'on a hérités de ses ascendants. C'est dire si au pays de Condroz - Famenne, le pays de l'art de vivre, on cultive l'art de la mise en valeur des richesses naturelles et architecturales.

Sur les crêtes gréseuses érodées du Condroz, s'étirent «tiges» (lignes de collines) et cordons forestiers. Sur les pentes douces des dépressions calcareuses, c'est un sol limoneux de bonne qualité qui se développe dans les «chavées» (lignes de vallées). Il en résulte une agriculture à deux visages : prairies et cultures fourragères pour l'élevage, grandes cultures pour le négoce. Mais la nature du sol influence également la physionomie de l'habitat. Les murs affichent des couleurs grises, tels des damiers de pierres calcaires, voire des teintes ocres, celles de la « pierre d'avoine » (variété décalcifiée de grès). Relativement importantes, les fermes traditionnelles sont dessinées en « U » ou en carré, donnant à la grange une place considérable. Enfin, n'oublions pas que la plupart des localités, filles du haut Moyen Age, nées en bordure de sources ou de ruisseaux, sont issues d'une réunion de hameaux autrefois distincts, à l'image du morcellement seigneurial; ce qui explique entre autres, la multitude de châteaux flanqués d'impressionnants donjons, de chapelles domaniales et petites églises romanes édifiées sur les pentes de mamelons rocheux.

En Famenne, les sols sont peu propices aux cultures. En effet, dans la zone qui nous concerne, les sols argileux humides mettent du temps à se réchauffer et à se ressuyer au printemps, retardant ainsi la période des semis et rendant les conditions de travail du sol difficiles. C'est pour ces raisons que près de 50% du territoire est occupé par la forêt, et que les terres agricoles sont vouées à l'herbage et à l'élevage. D'autre part, l'absence de roche cohérente ne permet pas d'obtenir des moellons de qualité satisfaisante. C'est ainsi qu'autrefois, les bâtiments étaient construits en colombages et en torchis - dont il subsiste encore de nombreuses traces - puis furent progressivement remplacés par la brique au cours du XIXè siècle. L'habitat villageois est plutôt dispersé, et les structures agricoles sont plus petites que celles du Condroz. La ferme pluricellulaire en long domine le paysage rural ; elle comprend le logis, l'étable, le fenil et la grange, s'alignant sous un même toit.

Les communes de Ciney, Hamois et Havelange sont situées dans le Condroz central, tandis que Somme-Leuze fait partie de la Famenne. La route allant de Pessoux à Maffe délimite la frontière entre les deux régions...